PRESIDENTIELLE EN GUINEE : La candidature d'Alpha Condé provoquera plusieurs centaines de morts

A 82 ans, Alpha Condé fera-t-il campagne lui-même, sur ses deux pieds, ou par personnes interposées ? Aura-t-il la capacité de sillonner tout le pays ou choisira-t-il quelques villes, conscient que le gonflement du fichier électoral (en sa faveur) qui est rempli de faux électeurs, fera son affaire au moment du décompte ? De façon générale, le parcours politique de Condé, l'ancien chargé de cours de l'Université de Paris 1, qui se fait pompeusement appeler « le professeur » (qu'il n'a jamais été et ne sera sans doute jamais), est une véritable honte pour les intellectuels africains, qui combattent, durement, les dictatures en Afrique. L'ancien opposant de la région parisienne, a décidé, comme les potentats africains qu'il combattait hier et avec qui il fait ami ami, frère frère, aujourd'hui, de mourir au pouvoir comme eux. Sans se soucier des qu'en dira-t-on. Après s'être tapé une nouvelle constitution qui lui octroie 12 années supplémentaires à la tête de l'Etat. En effet, 82 ans + 12 ans (6 ans x 2) = 94 ans. Son calcul est fort simple : son confort personnel au détriment de l'intérêt supérieur de la Guinée et des Guinéens.

Douze candidats, dont le chef de l'Etat en exercice, Alpha Condé, concourront en Guinée à la présidentielle du 18 octobre, dans un contexte tendu par des mois de mobilisation contre un troisième mandat du président sortant, selon la liste validée, mercredi, 9 septembre, par la Cour constitutionnelle.

Cette dernière a écarté pour des raisons médicales une seule des treize candidatures déposées avant l'échéance, mardi soir à minuit (heure locale et GMT), ont indiqué des responsables de la Cour.

Cette candidature écartée ne semblait pas en mesure de peser sur l'issue de la compétition.

Maintenant, place à une campagne heurtée qui sera entachée de beaucoup de violences anti-Condé même si, au dernier moment, et contre toute attente, le principal candidat de l'opposition, Celou Dalein Diallo, a accepté d'être le cobaye du pouvoir, en allant, carrément, à l'abattoir. Pour quelle raison ? Car il n'y a que lui pour penser qu'il gagnerait contre le système de fraude mis en place par Condé.

La Guinée, en revanche, basculera dans une violence (certaine) avec des centaines, voire, des milliers de morts car la haine contre ce troisième mandat de l'ancien chargé de TD de Paris 1 est telle que l'UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) ne se laissera pas faire malgré la violence d'Etat à laquelle elle est appelée à faire face.

Les plus populaires