RWANDA : Exemption de frais de visa pour les citoyens des Etats de l'UA, de l'OIF et du Commonwealth

Paul Kagame est en train de passer à la vitesse supérieure en matière d'attractivité du Rwanda. Après avoir fait de Kigali l'une des villes les plus propres d'Afrique et signé des contrats de publicité mentionnant le slogan « Visit Rwanda » avec les clubs prestigieux de Londres, Arsenal, et de la capitale française, Paris Saint-Germain, il vient de supprimer les frais de visas pour une centaine de pays dans le monde. Si ce n'est pas un autre signe d'ouverture pour ce pays dont le président est un homme à poigne qui loue les bienfaits du parti unique, de la parole unique et du chant unique, on se demande bien ce que c'est.

Le dictateur éclairé du Rwanda, Paul Kagame, ouvre son pays aux touristes d'une centaine de pays, à condition, sans doute, qu'ils ne soient pas négationnistes (au sens kagaméen du terme), et qu'ils intègrent bien le discours officiel sur le génocide de 1994 qui veut que celui-ci soit de la seule et unique responsabilité des extrémistes hutu. Le problème est que Paul Kagame ne peut pas vouloir de l'argent des touristes qui alimente ses caisses en leur dictant « sa » parole unique du génocide qui refuse que, c'est un missile de l'APR (Armée patriotique rwandaise, branche armée du Front patriotique rwandais – FPR) alors dirigée par lui-même, le général, Paul Kagame, qui pulvérisa le Falcon 50 à bord duquel avaient pris place les présidents du Rwanda de l'époque, le général, Juvénal Habyrimana, et son homologue du Burundi, le président, Cyprien Ntaryamira (sur notre photo le général Paul Kagame défile à Kigali avec ses anciens rebelles devenus soldats de l'armée régulière quelque temps après la prise du pouvoir par un coup d'état militaire). Si un touriste lui rappelle cet épisode de l'histoire du Rwanda, lors de son séjour au pays des mille collines, il est, immédiatement, remis dans le premier avion en partance pour son continent de résidence.

Le cabinet rwandais a approuvé, vendredi, 6 mars, l'exemption de frais de visa pour les visiteurs des Etats membres de l'Union africaine (UA), de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et du Commonwealth, afin de favoriser la mise en œuvre de la politique d'ouverture de Paul Kagame, selon un procès-verbal de réunion du cabinet publié samedi.

Cette nouvelle politique signifie que tous les citoyens des Etats mentionnés peuvent entrer au Rwanda sans avoir à payer de frais de visa. On doute que cela soit possible pour les journalistes et collaborateurs du Groupe Afrique Education. Ce dernier est l'un des rares à lui jeter la vérité sa face sans se soucier des qu'en dira-t-on de ses nombreux soutiens en Occident.

Le dernier forfait en date du dictateur éclairé du Rwanda, c'est bien l'assassinat, dans une cellule du commissariat de police de Kigali, de l'artiste Kizito Mihigo. Pourquoi mettre fin aux jours d'un jeune artiste âgé de la trentaine, inoffensif, qui ne représentait aucune menace (véritable) pour son régime ? Kagame est un homme tout simplement cruel !

Le Rwanda accueillera, en juin, à Kigali, la 26e réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth, également, connue sous le nom de CHOGM 2020.

Cette ouverture sur les visas fait du Rwanda l'un des pays les plus ouverts du continent africain, avec le Bénin du président, Patrice Talon, qui, lui, a ouvert sa mesure sur les visas uniquement des ressortissants de pays membres de l'UA.

Les plus populaires