SENEGAL-MAROC : Le roi Mohammed VI en campagne de réintégration de son pays dans l'Union africaine

Le roi du Maroc, Mohammed VI, est arrivé, dimanche, 6 novembre, en début de soirée, à Dakar, pour une visite d’amitié et de travail de 72 h, au Sénégal. L’un des temps forts, c'est ce discours prononcé, depuis la capitale sénégalaise, à l’endroit des Marocains, à l’occasion du 41e anniversaire de la Marche verte. Tout un symbole, que le roi, depuis l'étranger, s'adresse à ses compatriotes, y compris, ceux de la « province » querellée, depuis ce pays étranger et très ami.

Les intentions du souverain sont claires. Il compte accélérer le retour de son pays au sein de la grande famille de l'Union africaine (UA). Après plus de deux décennies de brouille, le palais royal a fini par se rendre compte que, partout, la règle d'or qui consiste à dire que « les absents ont tort », s'appliquait, négativement, au Maroc, malgré le fait qu'il est l'un des pays les plus actifs sur le plan de la coopération Sud-Sud avec les pays africains. En effet, il est plus impliqué que l'Afrique du Sud dont le poids, dans sa coopération inter-africaine, est beaucoup plus diplomatique qu'économique ou financière. Les investissements marocains, dans d'autres pays africains, dépassent de loin ceux du Nigeria, de l'Egypte ou de l'Algérie. Pourquoi rester en marge de l'UA où toutes les décisions politiques se prennent ? Le Maroc devrait, donc, revenir, bientôt, après avoir atteint le quorum des ¾ des 54 pays qui doivent approuver un tel retour.

La RASD (République arabe sahraouie démocratique) au sein de l'institution panafricaine, n'est plus une fiction. En deux décennies, elle a pu y planter ses racines. Ses dirigeants assistent, par leur présence, à toutes les manifestations de l'UA et à son plein fonctionnement. Avec l'appui bienveillant de l'Algérie. La RASD a, par exemple, participé, à travers son chef de l'Etat, Brahim Ghali, au Sommet de l'Union africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement de l'Afrique, organisé, à Lomé, du 10 au 15 octobre 2016.

Le roi du Maroc va séjourner pendant 72 heures au Sénégal, un pays qui, depuis la présidence de Me Abdoulaye Wade, œuvre, activement, pour le retour du Maroc dans l'UA. Preuve de leur lien d'amitié, Mohammed VI en est à son troisième séjour au Sénégal, en l'espace de 4 ans. Aucun autre pays africain, même pas le Gabon, ne peut dire avoir fait mieux. Le roi est à l'aise au Sénégal de qui il pense beaucoup de bien. Pour preuve, la COP 22 que le Maroc accueille, à Marrakech, a commencé, ce lundi, 7 novembre, sans lui. En revanche, le 16 novembre, il présidera, personnellement, un Sommet regroupant les seuls chefs d'Etat et de gouvernement, présents à cette COP 22, pour parler des sujets d'intérêt commun.

Les plus populaires