TOGO : Comment Faure Gnassingbé consolide la réconciliation nationale

Placée, depuis 2014, sous le signe du recueillement et de la réconciliation, la date du 13 janvier est restée dans la mémoire collective togolaise comme celle où le père de l'indépendance et premier président de la République, Sylvanus Olympio, a été assassiné. C'était le 13 janvier 1963.

Le chantier de la réconciliation nationale est confié, depuis, bientôt un an, au Haut-Commissariat à la réconciliation et au renforcement de l'unité nationale (HCRRUN).

Créé par décret présidentiel, N° 2014-103 du 03 avril 2014, le HCRRUN a pour mission principale l'exécution du programme de réparation recommandé par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR). Il permet, également, de faire le monitoring du processus de justice transitionnelle au Togo et de contribuer à la création d'un climat de paix dans le pays.

La création de cette institution est née de la volonté du chef de l'Etat, Faure Gnassingbé, de tout mettre en œuvre pour réconcilier les Togolais avec eux-mêmes et leur histoire, afin de renforcer la cohésion nationale.

Le Haut-Commissariat est composé d'un bureau de trois membres présidé par l'ancienne présidente de la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO), Mme Awa Nana-Daboya.

Dans l'exécution de sa feuille de route, le HCCRUN a effectué une tournée dans les cinq régions du pays pour rencontrer les différents acteurs de la société civile et religieuse, les journalistes et le président de la CVJR, Monseigneur, Nicodème Barrigah. L'objectif était de permettre à tous ces acteurs de mieux maîtriser la mission et le bien-fondé de cette institution.

Afin d'atteindre ses objectifs, le HCRRUN propose des orientations et des défis majeurs à relever par les acteurs impliqués dans le processus de réconciliation et les grands axes à définir pour pérenniser les actions de l'institution. Car, en effet, le programme de réparation élaboré par la CVJR couvre, environ, 20 000 victimes de la période 1958-2005.

Le plan d'action élaboré pour une vraie réconciliation au cours des cinq prochaines années se définit comme suit :

l'appropriation ;
l'adhésion des populations ;
les réformes constitutionnelles et institutionnelles entamées par la CVJR.

Ainsi, le HCRRUN mettra en œuvre les 68 recommandations de la CJVR à travers l'instauration d'un programme de réparations matérielles et immatérielles et la formulation de la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles.
 

 

Les plus populaires