TOGO : La première ministre Tomegah-Dogbe a gardé les meilleurs de l'équipe Klassou

Nommée première ministre lundi, 28 septembre, Victoire Sidémého Tomegah-Dogbe va apporter sa touche féminine à l'équipe gouvernementale qui ne connaît pas de grands bouleversements. Sur les 30 portefeuilles mis en jeu, près de la moitié a conservé ou changé de poste. Les poids lourds sont tous restés et poursuivront une action qui avait permis au président, Faure Gnassingbé, de gagner haut la main, l'élection de fin février par un Coup KO. Parmi ces poids lourds, on compte le ministre de l'Economie et des Finances, Sani Yaya, responsable de la bonne tenue des agrégats de la comptabilité nationale, ce qui fait des envieux au niveau de la sous-région où le Togo est le seul pays de l'UEMOA à avoir rempli les critères de convergence en vue de la création de la future monnaie unique. Alors qu'on pensait qu'une telle performance ne pouvait être réalisée que par la Côte d'Ivoire, elle a, contre toute attente, été reléguée au second plan, voire, au troisième même. Deuxième ministre qui compte et qui a été reconduit : Gilbert Bawara est l'homme du dialogue social (et même politique) de Faure Gnassingbé. C'est lui que ce dernier envoie souvent pour éteindre le feu et grâce à qui le climat social reste apaisé. Il y a aussi le général, Yark Damehane, dont le rôle est de rendre le pays sûr et sécurisé par ces temps de djihadisme ambiant où les réseaux dormants ont la capacité de se faire oublier avant de frapper dur. Le Togo, dans ce domaine, grâce à sa politique de prévention et d'anticipation, arrive à déjouer les pièges qui lui sont tendus. Si rien ne lui arrive, ce n'est pas parce que le risque n'existe pas. C'est parce que le général Yark et ses hommes savent travailler en amont. Ils savent protéger le Togo.
Autre poids lourd sur qui la première ministre pourra valablement compter dans son équipe, le distingué professeur, Robert Dussey. Il a mené la diplomatie togolaise à un niveau insoupçonné. Même feu Edem Kodjo que le Togo venait d'enterrer lui savait gré d'avoir propulsé le pays à un niveau diplomatique enviable et envié. Personne d'autre que le président ne sait si, en lui demandant de mettre l'accent sur la diplomatie économique, il imaginait le succès que drainerait cette politique pour l'image du Togo. Car parti de nulle part, le Togo est devenu la principale place forte diplomatique de toute l'Afrique de l'Ouest, éclipsant les géants sénégalais et ivoirien (Afrique francophone), nigérian et ghanéen (Afrique anglophone). On peut penser que s'il n'était pas philosophe de formation, il n'aurait pas eu la bonne approche pour donner satisfaction à son président qui n'est que très ravi des succès qu'engrange le Togo à l'international et qui rappellent une époque où le Togo (le Gabon en Afrique centrale) était la plaque tournante pour la résolution des conflits de la sous-région d'Afrique de l'Ouest.

Voici la composition complète du gouvernement.

Ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’Alphabétisation : Mme Adjovi Lonlongno Apedo, épouse Anakoma

Ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires : Payadowa Boukpessi, ministre d’Etat.

Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’extérieur : Professeur Robert Dussey

Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rurale : Antoine Lekpa Gbegbeni

Ministre des Armées : Mme Essozimna Marguerite Gnakadè

Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale : Kodjo Adedze

Ministre de la Communication, des Médias, porte parole du gouvernement : Prof Akoda Eyewadan

Ministre de la Culture et du Tourisme : Kossi Lamadokou

Ministre du Désenclavement et des Pistes rurales : Bouraïma Kanfitine Tchede Issa

Ministre du Développement à la base, de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes : Mme Myriam de Souza-D’Almeida

Ministre des Droits de l’homme, de la Formation à la citoyenneté, des Relations avec les institutions de la République, porte parole du gouvernement : Christian Trimua

Ministre de l’Eau et de l’Hydraulique villageoise : Bolidja Tiem

Ministre de l’Economie et des Finances : Sani Yaya

Ministre de l’Economie maritime, de la Pêche et de la Protection côtière : Edem Kokou Tengue

Ministre de l’Economie numérique et de la Transformation digitale : Cina Lawson

Ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat : Prof Komla Dodzi Kokoroko

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Prof Ihou Wateba

Ministre de l’Environnement et des Ressources forestières : Katari Foli-Bazi

Ministre de la Fonction publique, du Travail et du Dialogue social : Gilbert Bawara

Garde des sceaux, ministre de la Justice et de la Législation : Pius Agbetomey

Ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins : prof Moustafa Mijiyawa

Ministre de la Sécurité et de la Protection civile : Général Damehame Yark

Ministre des Sports et des Loisirs : Médecin-Commandant Kama Lidi Kedjaka Gbessi

Ministre des Transports routiers, ferroviaire et aérien : Affoh Atcha-Dedji

Ministre des Travaux publics : Zouréhatou Tcha-Kondo, épouse Kassa-Traoré

Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Réforme foncière : Koffi Tsolenyanou

Ministre délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires, chargé du Développement des territoires : Essomanam Edjeba

Les plus populaires