TOGO/ETATS-UNIS : Que peuvent bien se dire Mike Pompeo et le professeur Robert Dussey ?

A l’invitation du secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Togolais de l’extérieur, le professeur, Robert Dussey, vient d'effectuer une visite à Washington. Objectif : procéder au lancement, aux côtés de ses pairs, de l'initiative Alliance sur la liberté religieuse (Religious Freedom Alliance) pour combattre l'intégrisme et l'extrémisme violent.

Une des conquêtes difficiles mais essentielles de la modernité démocratique, la liberté religieuse est en danger dans beaucoup de régions du monde (dont l'Afrique). Conséquence immédiate : l’extrémisme violent, sous ses diverses ramifications, menace cette liberté. A-t-on besoin de le démontrer ?

Il n'y a qu'à regarder l’incendie et la vandalisation des lieux de cultes, l’assassinat des hommes religieux, qui sont, entre autres, des menaces qui avilissent nos sociétés, l’humanité de l’homme et qui traduisent manifestement une tentative d’extermination de la liberté religieuse, et de la liberté tout court sur toute la planète.
 
Voilà pourquoi le professeur, Robert Dussey, a salué le travail de veille et de régulation que font les Etats en Afrique pour garantir l’exercice des libertés religieuses, qui sont des libertés humaines fondamentales avant de les exhorter, davantage, à protéger l’exercice de ces libertés contre les extrémismes et la menace terroriste. Ce fut, d'ailleurs, l'une des préoccupations des participants au Sommet sur l'extrémisme violent qui avait réuni, à Lomé, en juillet 2018, les pays de la CEDEAO et de la CEEAC, sous la co-présidence des présidents respectifs de ces deux organisations, le Togolais, Faure Gnassingbé, et le Gabonais, Ali Bongo Ondimba.

Abordant spécifiquement le cas du Togo, le professeur, Dussey, a souligné que la liberté religieuse est un droit consacré par la loi fondamentale. Et de préciser : « Les confessions religieuses ont le droit de s’organiser et d’exercer librement leurs activités dans le respect de la loi et du principe de laïcité et de la non-discrimination fondée sur la religion ; le Togo s’est doté le 15 mai dernier d’un Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et d’une stratégie de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent qui vise à protéger les compatriotes des menaces et à protéger la libre expression des libertés individuelles dont les libertés religieuses ».

Les plus populaires