Politique

Treize militants de l'ONG anti-esclavagiste mauritanienne, IRA, accusés, notamment, d'"usage de la violence", ont été condamnés à des peines allant de trois à quinze ans de prison ferme, a annoncé jeudi la Cour criminelle de Nouakchott.

Le tribunal de Brazzaville a rejeté, jeudi, 18 août, la demande de mise en liberté provisoire du général, Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, inculpé et détenu, depuis mi-juin, pour "atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat".

La représentante spéciale chargée des violences sexuelles dans les conflits appelle à la création de la Cour pénale pour mettre fin à l'impunité en Centrafrique.

La haine que Bongo Ondimba Ali (BOA) voue à Jean Ping alors que même la nature aurait voulu les voir réunis, ne date pas d'aujourd'hui. Sans trop écrire sur leurs relations, voici quelques deux faits qui montrent que le candidat des émergents ne récolte que s'il a semé (de mal) par le passé.

Le principal parti d'opposition en Afrique du Sud, l'Alliance Démocratique (DA), a annoncé, mercredi, 17 août, qu'il ne serait pas en mesure de former de coalition municipale dans la capitale Pretoria où il avait devancé le parti au pouvoir, l'ANC.

Les Etats-Unis redoutent des violences en République démocratique du Congo (RDC) si le président, Joseph Kabila, s'accroche au pouvoir après la fin de son mandat, en décembre, Kinshasa menaçant du risque de "chaos" en cas d'ingérence étrangère dans la crise.

En ce jour de commémoration du 56e anniversaire de leur indépendance, les Gabonais et les Gabonaises se sont réveillés avec beaucoup d'optimisme. Encore quelques jours, et un vent nouveau soufflera sur l'ensemble du territoire national. Ils pourront alors regarder les autres Africains de la sous-région dans les yeux en leur disant : fiers d'être les héritiers de Léon Mba et du patriarche Ondimba, après la fermeture de la fâcheuse parenthèse 2009-2016.

Jean Ping étant devenu le candidat unique de l'opposition, les candidats, Guy Nzouba Ndama et Casimir Oyé Mba, en attendant le ralliement d'autres candidats, vont se mettre à son service pour permettre une alternance à la tête de l'Etat que les Gabonais attendent de tous leurs vœux.

Alors qu'il devrait être la personne qui rassure tout le monde et crédibilise l'élection présidentielle, le président de la CENAP (Commission électorale nationale autonome et permanente), René Aboghé Ella, déçoit, fortement, par son parti pris systématique en faveur de Bongo Ondimba Ali (BOA). Il sait avoir failli mais se dit couvert par le Palais du Bord de Mer. L'opposition et la société civile demandent sa démission immédiate, ce qui est inquiétant pour l'issue de la présidentielle.

Quand on vous dit que Bongo Ondimba Ali (BOA) est impopulaire. Malgré les moyens colossaux mis dans sa campagne de communication, ne l'aiment, au Gabon, que ceux qui mangent directement ou indirectement dans sa main. Le flop (il n'y a pas un autre mot) qui a caractérisé son meeting « géant » du Stade de l'Amitié, samedi, 13 août, à Libreville, le montre, aisément.

Les amis de Guy Brice Parfait Kolelas nous écrivent pour remettre les pendules à l'heure. Leur leader n'a jamais été celui qui est, actuellement, dépeint, dans les réseaux sociaux. Il n'a guère changé de voie et reste bien ancré dans l'opposition. Votre site quotidien, www.afriqueeducation.com, en prend acte.

Incroyable mais vrai. Boko Haram a diffusé, ce dimanche, 14 août, une vidéo de jeunes filles présentées comme des lycéennes enlevées par le groupe djihadiste nigérian, en avril 2014, à Chibok, dans le Nord-Est du Nigeria, et réclamé la libération de combattants emprisonnés.

Denis Sassou Nguesso est à Madingou, un terrain où il n'est pas le bienvenu, pour passer la fête de l'indépendance. Il le sait. Mais n'y peut rien. Il n'est plus maître de son destin, 92% de Congolais considérant qu'il n'est pas leur président de la République.

L'ONU a présenté, vendredi, 12 août, un rapport accablant sur des centaines d'exécutions, de cas de torture et de viols commis au Burundi et a donné deux mois au gouvernement pour répondre de ces accusations.

Contrairement à ce que fait croire la majorité présidentielle, ce n'est pas l'assurance tout risque du côté de son candidat. Inquiétudes et inconnus hantent, beaucoup, les esprits des faussaires du Palais du Bord de Mer. On se rend compte que Bongo Ondimba Ali (BOA) est d'une impopularité que seuls les médias d'Etat et la distribution des billets de banque, ne pourront pas effacer.

Le pasteur, Evan Mawarire, devenu (malgré lui ?) le chef de file de la fronde citoyenne au Zimbabwe contre le président, Robert Mugabe, a annoncé, jeudi, 11 août, qu'il allait se rendre aux Etats-Unis pour y chercher des soutiens. Voilà que les choses commencent, peut-être, à se clarifier. Car, comme dit un proverbe, on ne vient jamais de nulle part. Comme son prédécesseur, Morgan Tsvangirai, a-t-il fini par retrouver (son) Nord ?

Alors que la situation politique et sécuritaire du pays ne le permet pas, encore, le président, Ibrahima Boubacar Keita (IBK), appelle les Maliens à élire, le 20 novembre, leurs maires, "sur toute l'étendue du territoire national". Les derniers scrutins communaux dans ce pays en proie à des troubles, datent d'il y a sept ans.

Reporters sans frontières (RSF) appelle le petit despote de Bujumbura (Pierre Nkurunziza) à mettre tout en oeuvre pour retrouver le journaliste, Jean Bigirimana, disparu depuis trois semaines. Le collaborateur d'Iwacu et d'Infos Grands Lacs, a été vu, pour la dernière fois, à Muramvya, aux mains d'agents du Service de renseignements (SNR), la police politique du régime. L'organisation demande des preuves de vie du journaliste et l'ouverture d'une enquête officielle pour déterminer où il se trouve. Pour le moment, le petit despote se tait.

Dans le cadre des relations de coopération qui unissent Israël et le Togo et à l'invitation de Benyamin NETANYAHOU, premier ministre israélien, Faure Essozimna GNASSINGBE, président de la République togolaise a effectué une visite d'amitié et de travail, en Israël, du 7 au 11 août 2016. A l'issue de cette visite, il a été convenu de l'organisation d'un Sommet Israël-Afrique, au Togo, prochainement.

Paulette Ayo Mba Akolly a-t-elle voulu plaire à Bongo Ondimba Ali (Ali), comme tout le monde pense, qu'elle ne s'y serait pas faite prendre de cette façon. En effet, la fille du premier président du Gabon nommée, il y a deux mois, par BOA, lui-même, présidente de la Cour d'appel, après le refus catégorique des magistrats gabonais d'avaliser la promotion d'une autre inconditionnelle de BOA, a, d'ores et déjà, perdu toute crédibilité, aux yeux des Gabonais.