Politique

Contrairement à ce que fait croire la majorité présidentielle, ce n'est pas l'assurance tout risque du côté de son candidat. Inquiétudes et inconnus hantent, beaucoup, les esprits des faussaires du Palais du Bord de Mer. On se rend compte que Bongo Ondimba Ali (BOA) est d'une impopularité que seuls les médias d'Etat et la distribution des billets de banque, ne pourront pas effacer.

Le pasteur, Evan Mawarire, devenu (malgré lui ?) le chef de file de la fronde citoyenne au Zimbabwe contre le président, Robert Mugabe, a annoncé, jeudi, 11 août, qu'il allait se rendre aux Etats-Unis pour y chercher des soutiens. Voilà que les choses commencent, peut-être, à se clarifier. Car, comme dit un proverbe, on ne vient jamais de nulle part. Comme son prédécesseur, Morgan Tsvangirai, a-t-il fini par retrouver (son) Nord ?

Alors que la situation politique et sécuritaire du pays ne le permet pas, encore, le président, Ibrahima Boubacar Keita (IBK), appelle les Maliens à élire, le 20 novembre, leurs maires, "sur toute l'étendue du territoire national". Les derniers scrutins communaux dans ce pays en proie à des troubles, datent d'il y a sept ans.

Reporters sans frontières (RSF) appelle le petit despote de Bujumbura (Pierre Nkurunziza) à mettre tout en oeuvre pour retrouver le journaliste, Jean Bigirimana, disparu depuis trois semaines. Le collaborateur d'Iwacu et d'Infos Grands Lacs, a été vu, pour la dernière fois, à Muramvya, aux mains d'agents du Service de renseignements (SNR), la police politique du régime. L'organisation demande des preuves de vie du journaliste et l'ouverture d'une enquête officielle pour déterminer où il se trouve. Pour le moment, le petit despote se tait.

Dans le cadre des relations de coopération qui unissent Israël et le Togo et à l'invitation de Benyamin NETANYAHOU, premier ministre israélien, Faure Essozimna GNASSINGBE, président de la République togolaise a effectué une visite d'amitié et de travail, en Israël, du 7 au 11 août 2016. A l'issue de cette visite, il a été convenu de l'organisation d'un Sommet Israël-Afrique, au Togo, prochainement.

Paulette Ayo Mba Akolly a-t-elle voulu plaire à Bongo Ondimba Ali (Ali), comme tout le monde pense, qu'elle ne s'y serait pas faite prendre de cette façon. En effet, la fille du premier président du Gabon nommée, il y a deux mois, par BOA, lui-même, présidente de la Cour d'appel, après le refus catégorique des magistrats gabonais d'avaliser la promotion d'une autre inconditionnelle de BOA, a, d'ores et déjà, perdu toute crédibilité, aux yeux des Gabonais.

L'armée malienne a annoncé, mercredi, 10 août, avoir récupéré les corps de cinq soldats portés disparus depuis une attaque, lundi, 8 août, dans la région de Mopti, dans le Centre du Mali.

L'ONU a invité les responsables politiques congolais au consensus sur le processus électoral en République démocratique du Congo, mardi, 9 août, à Kinshasa, à quatre mois de l'échéance du mandat du président Kabila.

Le petit despote de Bujumbura, Pierre Nkurunziza, a voulu, par tous les moyens, d'un pouvoir qui est en train de lui exploser dans les mains. Totalement coincé, il ne sait plus à quel saint se vouer : s'il doit avancer, reculer ou faire du sur place. Ce n'est plus lui qui gère la situation. Ce sont les événements qui commencent à le dominer.

Le Premier ministre tchadien, Pahimi Padacké Albert, a été reconduit dans ses fonctions de chef du gouvernement, après l'investiture pour un cinquième mandat du chef de l'Etat, Idriss Deby Itno, selon un décret présidentiel publié, lundi, 8 août, soir.

Après sept ans de sommeil profond, Bongo Ondimba Ali (BOA) se rappelle, à deux semaines de l'élection présidentielle du 27 août, que Port-Gentil, la cité pétrolière, compte pour le Gabon et les Gabonais, et que pendant sa campagne présidentielle d'août 2009, il avait distillé des promesses aux Port-Gentillais, qu'il feint, aujourd'hui, d'ignorer. On va lui rafraîchir sa mémoire de BOA.

Les manifestations ne faiblissent pas au Zimbabwe où l'opposition est décidée à faire chuter le pouvoir du président, Robert Mugabe. Toutefois, ce dernier semble contrôler, parfaitement, la situation et va, même, jusqu'à menacer ceux que le régime considère comme des fauteurs de troubles.

Devant une hostilité affichée de l'opposition et de la société civile, laquelle a donné lieu à une capitale, littéralement, quadrillée par les forces de défense et de sécurité, afin de permettre un bon déroulement de la cérémonie, l'investiture du président, Idriss Déby Itno, ce lundi, 8 août, s'est bien déroulée.

La suprématie de l'ANC, au pouvoir en Afrique du Sud depuis la fin de l'apartheid, est malmenée après des municipales où la formation du président, Jacob Zuma, a enregistré un recul historique au niveau national et perdu sa majorité dans des villes symboliques comme la capitale Pretoria.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé, samedi, 6 août, la création d’un poste de vice-président et d’un sénat dans le cadre de la nouvelle Constitution qui sera soumise à référendum à la fin du mois d’octobre.

Après le président du Bénin, Patrice Talon, c'est François Hollande que le député démissionnaire du PDG, Bertrand Zibi Abeghe, vient d'interpeller dans une lettre datée 5 août. Ici, aussi, c'est le « Problème Accrombessi » qui est au centre de la correspondance adressée au président français. Un cas décidément gênant pour la majorité présidentielle et qui pourrait être à l'origine de l'embrasement du pays.

Le débat sur le retour du Maroc dans l'Union africaine (UA) continue de faire rage, surtout, que le lobby des 28 pays africains qui appuient cette mesure royale, demande que la République arabe saharouie démocratique (RASD) soit suspendue de l'organisation panafricaine. Et si le message de Mohammed VI, aux participants au Sommet de Kigali, n'était que la partie émergée de l'iceberg ?

Pour avoir été, sauvagement, enlevé et torturé par le général, Ismaël Mahamat Chaïbo, à N'Djamena, en février 2008, le député tchadien, Ngarlejy Yorongar, vient de saisir la justice française. Sa plainte qui risque de déboucher sur un procès retentissant, sera comme un couteau qu'on remue dans une plaie béante, au moment où l'Affaire Hissène Habré peine à être soldée.

Bien que la vérité tarde à triompher dans l'histoire des faux actes de naissance du chef de l'Etat, le plus compétent des magistrats du Gabon, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, est loin de s'avouer vaincu. Il n'a, jamais, perdu espoir de faire invalider la candidature de « l'usurpateur ». Au Palais du Bord de Mer, on retient son souffle.

C'est inhabituel qu'un président étranger soit, vigoureusement, interpellé sur un sujet qui, au premier abord, ne le concerne pas, directement. Mais, à y regarder de plus près, le député du PDG, Bertrand Zibi Abeghe, qui a démissionné, avec fracas, devant le président du PDG et président sortant et candidat à sa succession, Bongo Ondimba Ali (BOA), lors de sa tournée, dans sa circonscription, à Minvoul, n'agit pas de façon isolée. Il serait, aussi, inexact de considérer son geste comme anecdotique. Car le « Problème Accrombessi » qu'il pose au président béninois, Patrice Talon, est au cœur de la crise profonde qui secoue le Gabon et qui pourrait l'entraîner, dans une guerre civile.