Aller au contenu principal

CONGO-BRAZZAVILLE : L'hôpital Edith Lucie Bongo Ondimba d'Oyo ne paie plus ses médecins

Image
Partager
Categorie
jeu 03/06/2021 - 16:53
Body

Selon un récent courrier envoyé par les médecins de cet hôpital à leur directeur, on va vers la cessation des consultations externes et du service minimum aux urgences médico-chirurgicales en début de semaine prochaine. La raison en est très simple : les médecins totalisent cinq mois d'arriérés de salaires alors que la campagne de Denis Sassou-Nguesso avait coûté la bagatelle de 50 milliards de F CFA au Congo-Brazzaville. D'où la colère du personnel médical de cet hôpital de luxe dont voici le courrier envoyé à sa hiérarchie :

« Monsieur le Directeur,

Voulant préserver un climat de travail harmonieux et la continuité des soins de qualité aux patients, nous, médecins généralistes, venons unanimement et très respectueusement, vous informer de l'arrêt des consultations externes et l'établissement d'un service minimum strict dans le service médico-chirurgical avec poursuite des soins aux patients hospitalisés dans différents services à compter du 8 juin 2021, suite au non-paiement des salaires depuis le début de l'année en cours (soit cinq mois de janvier à fin mai 2021) après de multiples réunions et de négociations infructueuses avec les représentants syndicaux hospitaliers.

L'hôpital général Edith Lucie Bongo Ondimba d'OyoL'hôpital général Edith Lucie Bongo Ondimba d'Oyo

Etant en première ligne face à tout cas d'infection de coronavirus admis dans l'enceinte de l'hôpital, nous n'avons jamais délaissé un patient atteint de la covid-19 malgré le fait que nous n'avons jamais reçu une quelconque prime, ajouté à la condition désobligeante de précarité que nous subissons au quotidien, Monsieur, notre capacité de résilience est atteinte.

Sur ce, nous suggérons :

  • le paiement d'un acompte de trois mois de salaire d'ici le 7 juin 2021, puis, les deux mois restants d'ici le 30 juin 2021 ;

  • la signature d'un protocole d'accord déterminant l'échéancier d'apurement des arriérés de salaires restants ;

  • la régularité de la paie des salaires qui doit intervenir une semaine après celle des agents de la fonction publique.

Au cas où nos réclamations ne trouveraient pas de solution avec le paiement d'un acompte de trois mois de salaire d'ici le 7 juin 2021, puis, les deux mois restants d'ici le 30 juin 2021, dans dix jours à compter de la date du 8 juin 2021, c'est avec le cœur serré que nous cesserons toute activité hospitalière ».

 

Les médecins signataires de la lettre :

Boueke E. B Gignor

Detsele Rineck Chantily

Imbenga Marlix Lunel

Kiele Michel Guynel

Mamboueni Marthed Destin

Mountsoukou née Malonga Poupette S.

Ngakosso Nganguia

Nguima née Akonzo Bellamie.

 

 

 

Partager