FIFA : Tokyo Sexwale veut un président qui soit africain ou asiatique et pas européen

Tokyo Sexwale, le candidat sud-africain à la présidence de la Fédération internationale de football (Fifa), a déclaré qu'il ferait "tout pour que le président de la Fifa soit d'Afrique ou d'Asie, mais pas d'Europe" et que "le temps des alliances est venu".

Le Sud-Africain, qui bénéficierait d'un soutien de poids en la personne de l'Allemand, Franz Beckenbauer de la Fédération allemande de football (notre photo), a laissé entendre qu'il n'ambitionnait pas, à tout prix, de prendre la tête de la Fifa.

"Les principaux problèmes à la Fifa sont la responsabilité et la crédibilité. Je ferai tout pour que le président de la Fifa soit d'Afrique ou d'Asie, mais pas d'Europe", a-t-il dit à la radio sud-africaine Metro FM, jeudi.

Il a appelé les électeurs de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) et de l'Union européenne de football (UEFA) à faire le choix de la "diversité" pour "envoyer un message fort et positif".

"Pour moi, il ne s'agit pas seulement de la présidence", a-t-il assuré. "Le temps des alliances est venu, et c'est sain, c'est démocratique", a ajouté le candidat sud-africain..

La Fédération sud-africaine de football (Safa) a reproché, cette semaine, à son candidat, Tokyo Sexwale, seul Africain à se présenter à la présidence de la Fifa, de mener une trop discrète campagne, alimentant les spéculations sur sa véritable envie de gagner l'élection.

"Peut-être qu'on ne devrait pas remplacer le Suisse Blatter par un autre Suisse", a ajouté l'homme d'affaires sud-africain, une allusion au candidat italo-suisse, Gianni Infantino, soutenu, depuis quelques heurs par la Fédération française de football (FFF).

M. Sexwale brigue la présidence de la Fifa, avec quatre autres candidats, dont le Bahreini, Cheikh Salman, le prince jordanien, Ali, l'Italo-Suisse, Gianni Infantino, et le Français, Jérôme Champagne.

Tokyo Sexwale, 62 ans, un ancien compagnon de prison de Nelson Mandela devenu, depuis, homme d'affaires, fait partie des cinq candidats à la succession de Joseph Blatter, qui a démissionné le 29 mai de sa fonction de président d'une institution durement secouée depuis le printemps dernier par les affaires de corruption à grande échelle.

L'élection à la présidence de la Fifa est prévue le 26 février à Zurich.

Le candidat sud-africain est, actuellement, au Qatar, où il doit assister, ce week-end, à la finale du championnat d'Asie des nations, entre la Corée du Sud et le Japon.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires