3 morts

Les manifestations se suivent et se ressemblent dans la Guinée du « professeur » Condé. Trois Guinéens ont été tués par balle lors des heurts survenus, jeudi, 14 novembre, à Conakry, après la dispersion par les forces de sécurité d'une nouvelle manifestation d'opposants au président, selon un bilan mis à jour vendredi auprès de l'opposition et de l'hôpital. Sauf évolution de dernière minute, le pouvoir, lui, se cantonne, toujours, à son bilan d'un mort.

Trois personnes ont été assassinées, par la police, ce vendredi, 4 décembre, à Bujumbura, ce qui porte à plus de 300 morts, par balles, depuis avril. Pierre Nkurunziza, malgré les menaces de la CPI (Cour pénale internationale) continue de faire tuer. Impunément.