60 morts.

Soixante personnes ont été tuées et une quarantaine blessées dans la nuit de dimanche, 5 mai, à lundi, 6 mai, à Niamey, par l'explosion d'un camion-citerne qui s'était renversé, attirant des badauds voulant récupérer l'essence qui en coulait. Pareille situation est impensable en Europe où la sécurité du périmètre accidenté aurait, immédiatement, été sous contrôle. Toutes les personnes en dehors de celles impliquées dans l'intervention, auraient, systématiquement, été éloignées du site. A Niamey, au contraire, les populations ont accouru pour soutirer l'essence qui fuyait des cuves, espérant se faire un peu d'argent, mais, ignorant le danger auquel elles faisaient face. L'absence des mesures pour circonscrire le danger et éloigner les populations, ce qui est du ressort du gouvernement, est à l'origine de cette hécatombe. Mais, sur le fond, la question de la misère et de la pauvreté, qui frappent les populations concernées, est la principale cause de cette situation. Ce qui est arrivé à Niamey peut survenir dans n'importe quelle ville africaine.