Antoinette Sassou à Paris pour se soigner

En attendant de trouver un accord avec le FMI (Fonds monétaire international), le Congo-Brazzaville vit des moments, particulièrement, difficiles. Preuve que le pays est, déjà, en faillite, le plus grand hôpital du pays, le CHU de Brazzaville, a fermé ses portes aux malades, faute d'argent pour son fonctionnement. Il en est de même de l'Université Marien Ngouabi de Brazzaville dont les portes sont, également, fermées à cause de quatre mois d'arriérés de salaires. Le dictateur serait attendu à Paris. L'heure est grave : les troubles ne sont pas à écarter, à Brazzaville, si le gouvernement n'arrivait pas à payer les salaires de fin octobre.