CEA

L'Union africaine (UA) a appelé, mardi, 11 juin, les pays membres à davantage d'efforts pour promouvoir la ratification du protocole au traité instituant la Communauté économique africaine sur la libre circulation des personnes. Mais, pour réussir cette ratification, qui n'est pas une opération facile, il faudra entreprendre une vaste campagne de pédagogie et d'explication à l'endroit de toutes les sous-régions africaines. Car le problème est général et montre le retard pris par les pays africains pour assurer le succès de l'intégration économique et du libre échange dans le cadre de la ZLEC (Zone de libre échange continental) qu'ils appellent de toutes leurs forces.

C'est avec une forte délégation, conduite par son président, Akinwumi Adesina, que la Banque africaine de développement (BAD), participe à la COP 21, depuis, lundi 30 novembre. La BAD, selon son président, est venue pour défendre les intérêts de l'Afrique et des Africains.