Complot.

Sassou a le cœur qui bat fort depuis qu'il s'est octroyé la victoire avec 60,39% au premier tour de la présidentielle. Il sent que son très fragile pouvoir peut basculer à tout moment comme ce fut le cas pour celui de son frère de Ouagadougou aujourd'hui exilé à Abidjan.