Congo-Brazzaville

CONGO-BRAZZAVILLE : Les opposants dénoncent le « coup d'état constitutionnel » de Sassou dans  leur ambassade à Paris

C'était chaud ce jeudi, 15 octobre, matin, à l'ambassade du Congo à Paris où un groupe d'opposants est venu dénoncer, bruyamment, le référendum que veut organiser Sassou Nguesso pour mourir au pouvoir.

CONGO-BRAZZAVILLE : Le texte du projet de constitution du pouvoir à vie de Sassou
Ce texte commence à être communiqué, seulement, maintenant, aux états majors politiques et associatifs, bien que la campagne référendaire ait été lancée, vendredi, 9 octobre. A sa lecture, on sent que Sassou a trop trop peur
CONGO-BRAZZAVILLE : Vers la mise sur pied d'une plateforme de la société civile crédible et efficace

Comme au Burkina Faso, le Congo va avoir dans quelques heures, sa plateforme de la société civile. Objectif : travailler en étroite collaboration avec le peuple, en lui donnant les mots d'ordre qu'il attend.

CONGO-BRAZZAVILLE : Peuple cherche désespérément ses leaders de l'IDC-FROCAD
Avis de recherche : où sont passés les leaders de l'opposition ? Ont-ils quitté Brazzaville incognito ? Les Congolais attendent, toujours, le mot d'ordre de désobéissance civile promis mercredi, 7 octobre.
CONGO-BRAZZAVILLE : Anicet Poaty-Amar, même pas peur de Sassou
Les semaines à venir seront décisives au Congo. Les événements risquent de se précipiter. C'est pour ne pas les vivre de loin que certains cadres et opposants congolais commencent à rentrer, vite vite, au pays. C'est le cas d'Anicet Poaty-Amar.
CONGO-BRAZZAVILLE : « Il n'y aura pas de vote référendaire au Congo » (dixit IDC-FROCAD)
On apprend tous les jours. La nouvelle constitution de Sassou consacre son impunité devant les juridictions nationales ou internationales. Qui dit mieux ?
CONGO-BRAZZAVILLE : Avec son référendum, Sassou déclare la guerre au peuple congolais
Denis Sassou Nguesso cherche à mourir au pouvoir et échapper à la justice à cause des crimes imprescriptibles qu'il traîne sur lui. Il y a peu de chance qu'il y parvienne.
CONGO-BRAZZAVILLE : Sassou a choisi la date du 25 octobre pour la tenue de son référendum
Sassou est dos au mur. Après s'être laissé enfermer par les radicaux de son camp à l'idée de la tenue d'un référendum pour solder Sibiti, le voici pris entre le marteau et l'enclume. Il aurait arrêté la date du 25 octobre. L'opposition annonce des meetings monstres pour s'y opposer.
CONGO-BRAZZAVILLE : La justice française saisit trois biens immobiliers du clan Sassou
Depuis 2009, la justice française enquête sur le patrimoine immobilier du clan Sassou disséminé un peu partout en France, surtout, dans les beaux quartiers de la région parisienne. Pour la première fois, elle passe à l'acte.
CONGO-BRAZZAVILLE : L'alternance à la tête de l'Etat est en marche
Denis Sassou-Nguesso est-il aux abois ? Là où il n'a vu que 3.000 manifestants, les observateurs indépendants en ont décompté dix fois plus.
CONGO-BRAZZAVILLE : Meetings à Paris et à Brazzaville pour dénoncer le « coup d'état constitutionnel » de Sassou
Après le Burkina Faso, le vent de la démocratie semble, aussi, souffler sur le Congo-Brazzaville où un dictateur sanguinaire veut modifier la constitution pour mourir au pouvoir. Le peuple ne l'entend pas de cette oreille.
CONGO-BRAZZAVILLE : Le discours de Sassou Nguesso annonçant la tenue du référendum tant décrié
Pendant un quart d'heure, dans le journal télévisé de 20 h 00, heure de Brazzaville (19 h 00 GMT), le président, Denis Sassou Nguesso, a annoncé, mardi, 22 septembre, la tenue d'un référendum afin de modifier la constitution. Objectif : briguer un troisième mandat en 2016.
CONGO-BRAZZAVILLE : Sassou annonce le référendum pour la modification de la constitution
Sassou-Nguesso veut mourir au pouvoir, après y avoir déjà passé 32 ans de sa vie. L'opposition considère son référendum qu'il vient d'annoncer comme une véritable déclaration de guerre. Première manifestation : dimanche 27 septembre à Brazzaville.
CONGO-BRAZZAVILLE : Le réalisme gagne le clan présidentiel
Tout le monde n'est pas va-t-en guerre dans la famille présidentielle congolaise. On en compte qui ont la tête sur les épaules, et qui réfutent l'affrontement tant souhaité par quelques-uns. Le réalisme commence-t-il à primer ?
Les députés congolais ont une bouche mais ne parlent pas, comme dit le psaume 115

Nous avons vu, au cours de la précédente partie, comment Renard Sassou Nguesso veut tourner en bourriques ses renardeaux devenus grands et comment ceux-ci ne veulent pas se laisser ainsi traiter.

Marien Ngouabi et Denis Sassou Nguesso : le deuxième a dévoré le premier
Créé le 31 décembre 1969 par feu commandant, Marien Ngouabi, le PCT (Parti congolais du travail), alors, d'obédience marxiste-léniniste, a, toujours, été un parti en crise, une tanière au sein de laquelle (...)
Paul Tédga
Le président du Bénin, Yayi Boni, s'est entretenu, à l’Elysée, mardi, 18 août, matin, avec le président français, François Hollande (...)