Didier Raoult

La prétendue étude sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine ? De la mascarade pure et simple. Qui paie commande, dit-on. On peut faire dire ce qu'on veut à n'importe quelle étude. C'est le cas de celle publiée par The Lancet. Qui, finalement, est passée sous l'emprise de l'argent, des capitalistes, des lobbys pharmaceutiques. The Lancet perd désormais toute crédibilité. Il faudra, maintenant, lire ses articles entre les lignes pour déceler le vrai du faux. Cela dit, la pensée unique relayée par les médias de l'argent en France ne va pas avoir gain de cause. Déjà, les pays africains refusent de suivre la recommandation de l'OMS, cette organisation hyper corrompue qui est sous la coupe réglée des lobbys pharmaceutiques, et continuent d'administrer la chloroquine dans leurs protocoles de soins, comme au premier jour. D'autre part, Didier Raoult a contrattaqué, lui-même (mais la presse aux ordres n'en a pas parlé), en montrant les grosses failles de la prétendue étude de The Lancet. Nous vous proposons, ici, un texte à partager au maximum en Europe et en Afrique car les puissances d'argent ne doivent pas prendre notre santé en otage. Ce serait tout simplement signer notre mort.

L'attitude d'une part non négligeable du corps médical français pousse à s'interroger. La façon dont elle traite son collègue, Didier Raoult, est étrange. Patron de l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, il est celui qui guérit des patients atteints du coronavirus grâce, entre autres, à de l'hydroxychloroquine. Ce traitement n'est pas encore homologué ni par l'OMS, ni en France où il est cependant toléré. Toutefois, il est plébiscité par les patients, qui acceptent de le prendre du moment où il peut les guérir. Le débat est donc vif : doit-on laisser de côté un traitement comme celui-là qui peut guérir la maladie sous prétexte qu'il n'est pas encore homologué ? La priorité du médecin n'est-elle pas avant tout de guérir le malade ? C'eût été convenable si le débat restait sur un plan, strictement, scientifique sans déboucher sur la violence. Or, il s'avère que la vie du très cher professeur, Didier Raoult, est, déjà, menacée. Du coup, on se pose la question de savoir si l'acharnement dont il fait l'objet de la part de certains collègues n'est pas motivé par de puissants lobbys financiers tapis dans l'ombre ? Autrement dit, les professeurs de médecine qui désapprouvent totalement les méthodes de leur collègue Raoult ne sont-ils pas mus par des intérêts autres que scientifiques outre même le fait que beaucoup d'entre eux, n'ont jamais rien apporté à la science, ce qui les rendrait jaloux de la popularité grandissante de Raoult que Donald Trump cite en exemple depuis la Maison Blanche ?