Europe

L'Occident est grave quand il se met à critiquer le pape. Son pape ! Le Très Saint-Père François n'a jamais caché de quel côté bat son cœur. Pour ceux qui ne le savent pas, celui-ci bat à gauche. Voilà pourquoi, plus que ses prédécesseurs, il est très sensible à l'injustice, à l'égoïsme, à l'intolérance, au refus de partager. Il est le dignitaire religieux le plus élevé au monde à avoir critiqué le ministre italien de l'Intérieur de l'extrême-droite qui refusait de recevoir les bateaux d'immigrants venus des pays qui fuient la misère et la pauvreté. Pour prêcher par le bon exemple, il est allé jusqu'à accueillir des familles de migrants dans les installations du Vatican. Son engagement en faveur des immigrés n'est donc pas nouveau. Il est dans sa tradition d'homme de Dieu, qui ne supporte pas la souffrance de son prochain.

Disons-le tout net, la médecine traditionnelle ou médecine africaine ou pharmacopée traditionnelle, a produit (donne encore) les fruits de son efficacité. L'Afrique a déjoué tous les pronostics alarmants qui y annonçaient une hécatombe généralisée. Au contraire, non seulement, cette hécatombe n'a pas eu lieu, mais, l'Afrique est en position de montrer au reste du monde ce qu'il y a lieu de faire pour éviter les centaines, les milliers de morts Covid-19. Les Américains du Nord et du Sud où le coronavirus fait rage, n'ont qu'à se rapprocher des Africains pour voir comment eux, ils ont réussi à juguler, à maîtriser cette pandémie. Les scientifiques occidentaux ont beau dilué les succès de l'Afrique dans le fait que la chaleur aide beaucoup, et que les gestes barrières (que personne ne respecte d'ailleurs en Afrique), et le port du masque (qui ne fait pas partie des habitudes des Africains), font les miracles, etc.. Faux et doublement faux ! Tous les observateurs de bon sens reconnaissent que, aujourd'hui comme demain, le coronavirus ne fera pas de mal sur le continent africain parce que, pour la première fois, les pays de ce continent ont pris leur (total) destin en main en faisant confiance, pour la toute première fois, à leur propre médecine (médecine africaine, médecine traditionnelle, pharmacopée traditionnelle). Il manque seulement le courage politique aux dirigeants africains pour sauter le pas et généraliser cette médecine, qui, disons-le, soignait avant l'arrivée des colonisateurs qui ont imposé la médecine occidentale, en intimant l'ordre aux Africains d'abandonner la leur.

Au nom de toute l'équipe qui fabrique Afrique Education, Merci d'avoir accepté de souffrir avec nous de l'absence du magazine chez les marchands de journaux. Trois mois sans nous lire, c'est beaucoup trop autant pour vous que pour nous.

Ne pas faire paraître le magazine, c'est une décision qui s'impose à nous depuis mars, quand les chefs d'Etat français et africains, ont décidé, unilatéralement, de fermer les espaces aériens de leurs pays (plus d'avion) et mis leurs populations en mode confinement, rendant difficile la vente même en France du magazine. Mais, alors que nos fidèles lecteurs ont laissé passer avril et mai, pensant que juin devrait connaître le retour chez les marchands de journaux du magazine Afrique Education, voilà que le distributeur fait faux bond. En effet, Presstalis, le grand distributeur de la presse française, a été placé en redressement judiciaire, ses filiales régionales, purement et simplement, liquidées, vendredi, 15 mai. Une très mauvaise nouvelle mais qui ne va pas nous empêcher de publier Afrique Education.

Aux Etats-Unis, des tests de candidat-vaccin contre le coronavirus sont menés sur l’homme sans passage par l’animal. C'est rarissime, ce qui montre la soif du gain des laboratoires car le premier qui va parvenir à proposer un vaccin va se faire beaucoup de sous. Aux Etats-Unis, une autre société lance précocement une production de masse. Et l'Afrique ? Nous disons Attention, attention, attention ! Le continent, très sagement, doit se mettre hors de ces essais car il a été, largement, démontré que les lobbys pharmaceutiques et financiers (qui forment le même cartel) ne lui veulent pas du bien. Ils cherchent à réduire, drastiquement, la population africaine. On conseille, donc, beaucoup de prudence aux dirigeants du continent africain. Leurs services techniques et sanitaires ont tout intérêt à toujours très très bien contrôler les médicaments et les vaccins (y compris traditionnels) qui entrent, désormais, dans leur pays car ceux-ci peuvent être inoculés de substances pouvant freiner la démographie africaine qui fait tant peur à l'Occident.

Le haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, a estimé, vendredi, 29 novembre, «qu'il faudra 50 millions de population entre guillemets étrangères pour équilibrer la population active en 2050, en Europe ».

On se dirige droit vers la bunkerisation de l'Union européenne (UE). Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé, mercredi, 12 septembre, devant le parlement européen à un renforcement significatif de l'agence européenne de garde-frontières, proposant qu'elle puisse disposer d'ici 2020 de 10.000 agents mobilisables aux confins de l'Union, contre 1.500 personnes actuellement. On ne sera pas à un garde-frontière tous les 100 mètres, mais, le renforcement de la surveillance sera telle qu'il deviendra difficile aux migrants africains de contourner ce dispositif de surveillance. Resterait, maintenant, à Juncker de trouver les fonds car le financement de cette opération n'est pas la moindre des difficultés.

La Côte d'Ivoire a demandé l'affichage de la "mention Côte d'Ivoire" sur ses objets d'arts exposés dans les musées européens, un projet destiné au sauvegarde du patrimoine culturel de ce pays.

Contre toute attente, le président du Niger, Mahamadou Ousmane, avait plié devant le président français, Emmanuel Macron, en acceptant, au grand mécontentement des Nigériens et des Africains, l'installation des « hot spots » sur le sol du Niger gérés par les services français de l'OFPRA. Il s'agit de lieux de sélection des bons candidats à l'immigration qui conviennent aux critères de la France, pour devenir, soit, des réfugiés politiques, soit, des immigrés au profil recherché par l'économie française. Des Mamoudou Gassama en somme ! Mahamadou Issoufou n'avait pas été seul à accepter cette chose inacceptable. Le président tchadien, Idriss Déby Itno, aussi, avait dit « Oui Chef » à Emmanuel Macron, sans demander l'avis de personne dans son pays. Les deux présidents ont été salués par la France pour leur ...courage. Mais, en Afrique, les critiques les plus acerbes, voire, même des insultes s'abattirent sur les deux présidents accusés de brader la souveraineté de leur pays. Aujourd'hui, on sait que le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, et même, la Libye, à qui des centres d'internement (plus ou moins similaires) des immigrés sont proposés comme lieux de transit, sur leur sol, avant de regagner l'Europe ont répondu « Non » en choeur. Un « Non » salué par les Africains et même par les Nations-Unies, qui ne cautionnent pas l'implantation de ce genre de camp de « concentration » des temps modernes. Aujourd'hui, pour des raisons qui lui sont propres, Mahamadou Issoufou, semble entreprendre une marche en arrière. Mieux vaut tard que jamais.

Cette ONG, SOS Méditerranée, a des idées, diamétralement, opposées à celle du nouveau gouvernement italien issu de l'extrême-droite et dont l'objectif principal est de renvoyer, chez eux, 500.000 migrants, pendant les douze prochains mois. SOS Méditerranée a rappelé, samedi, 26 mai, aux autorités italiennes et européennes qu'il était essentiel de laisser aux ONG humanitaires patrouillant en Mer Méditerranée le droit de secourir les migrants, après avoir reçu l'ordre de quitter la zone. On assiste à un langage des sourds.

Alassane Ouattara ayant la notion du beau, on peut lui faire confiance : il organisera le Sommet Europe-Afrique de telle sorte qu'on s'en souviendra, plusieurs années encore. Alors que la femme la plus puissante de l'Union européenne, l'Allemande, Angela Merkel, attend encore des accords d'alliance pour former son gouvernement, le jeune président français, Emmanuel Macron, sera la principale attraction du Sommet, côté européen. En Afrique francophone, aussi. Françafrique oblige ! Le Sommet se tiendra en Abidjan, en Côte d'Ivoire, le principal pôle continental où s'exerce, encore, la domination (l'influence) française en Afrique noire, bien loin des pays comme le Gabon. En attendant ses différents discours, à Ouagadougou, à Accra et dans la capitale économique ivoirienne, voici quelques points de repère qu'Emmanuel Macron devra intégrer dans ses notes.

L'Union européenne ne sait plus quoi faire. Après plusieurs siècles de présence européenne sous formes d'esclavage, de colonisation et de néo-colonisation en Afrique, avec les résultats qu'on sait, c'est-à-dire, insignifiants, elle se résout, aujourd'hui, à dénoncer ceux qui viennent, d'autres cieux que l'Europe pour essayer, avec d'autres façons de faire. De quel droit ces Européens se permettent-ils de critiquer les partenariats que l'Afrique scelle avec les Non-Européens ?

Avec 5 000 personnes disparues en Méditerranée, 2016 est l'année la plus meurtrière depuis le début de la crise migratoire. En 2015, 3 777 migrants avaient péri en tentant de rejoindre l'Europe par la Mer méditerranée, selon l'Organisation internationale pour les migrants (OIM). 

De plus en plus, les Africains défient la Mer Méditerranée à bord des embarcations de fortune, pour échapper à la misère chez eux. Ces « s'en fout la mort » n'ont plus peur de se noyer d'autant plus que l'action du pape François aidant, l'Europe commence à prendre conscience qu'il existe un réel problème de sous-développement dans la plupart des pays africains.

Honorant les engagements pris dans l’agenda européen en matière de migration adopté en mai dernier, la Commission européenne a présenté, aujourd’hui, des propositions qui contribueront à remédier à la crise des réfugiés.