Facilitation nulle

Est-ce cela la facilitation à la ghanéenne ? Le refus manifeste d'examiner la racine du mal (c'est-à-dire le refus de Ouattara de respecter la constitution) et se borner, juste, à demander d'aller aux élections et de ne pas commettre des violences alors que les plus violents sont les microbes (éléments de Ouattara en personne), est-ce cela la mission assignée par le président, Nana Akufo-Addo, à sa ministre, Shirley Ayorkor Botchwey ? De l'avis de beaucoup, cette dame n'a pas la maturité que requiert sa fonction et fait montre d'inexpérience dans sa facilitation pour qu'on en rajoute. Bref, elle est incompétente. Si la CEDEAO est incapable de résoudre la crise ivoirienne comme elle l'a été (tout le monde l'a vu) pour la crise malienne (avant de commencer à courir après que le colonel Assimi Goïta a sifflé la fin de la danse du ventre), elle risque, cette fois encore, de se mordre les doigts quand la situation lui échappera totalement. Car la situation va lui échapper. En effet, la désobéissance civile va monter en puissance si « le menteur d'Abidjan » ne retire pas sa candidature anticonstitutionnelle controversée. Pour le moment, le président, Nana Akufo-Addo, a un crédit proche de zéro en Côte d'Ivoire, et son action à la tête de la CEDEAO commence à être discréditée dans la mesure où il se raconte à Abidjan que c'est Alassane Ouattara qui aurait financé sa campagne électorale pour devenir président du Ghana. D'où la question qu'on se pose : pourquoi l'envoyer faire une facilitation qui concerne Ouattara son bailleur de fonds ? Quelle situation rocambolesque pour la CEDEAO !