Fatoumata Jallaw Tambajang.

Son histoire ressemble à celle d'un autre dictateur : le Tchadien, Hissène Habré, avant de fuir le Tchad, en décembre 1990, pour se réfugier au Cameroun, puis, au Sénégal, avait pris le soin de délester la Banque centrale de toutes ses liquidités. Yahya Jammeh a fait de même : avant de poser ses valises à Malabo, son lieu d'exil final, il a, auparavant, vidé les coffres-forts de la Banque centrale. Son successeur n'a eu que les yeux pour pleurer.