Guillaume Soro.

Le Conseil constitutionnel (aux ordres de Ouattara comme l'a souvent indiqué Afrique Education) vient de rejeter 40 candidats à l'élection présidentielle du 31 octobre sur les 44 postulants. Parmi les candidats retenus, on compte Alassane Ouattara (RHDP), Henri Konan Bédié (PDCI-RDA), Pascal Affi N'Guessan (FPI) et Kouadio Konan Bertin (Indépendant). De confession musulmane (un élément à prendre en compte en Côte d'Ivoire), le président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné, joue à fond le jeu du « menteur d'Abidjan ». Si les choses continuent ainsi, avec un tel Conseil constitutionnel, « le menteur d'Abidjan » (qui a tout verrouillé avec son épouse) ne fera que conduire ses trois compétiteurs à l'abattoir. Avec le risque que la Côte d'Ivoire brûle par la suite.

Guillaume Soro, candidat à l'élection présidentielle ivoirienne de 2020 visé par un mandat d'arrêt, est accusé d'avoir préparé "une insurrection civile et militaire" par le procureur de la République d'Abidjan, Richard Adou. Des accusations "fallacieuses", estime, jeudi, 26 décembre, la défense de l'ex-chef rebelle. Entre les deux anciens amis, qui dit la vérité ? Qui est le menteur ?