Maroc

Une émission phare de la chaîne britannique BBC, qui devait être tournée, au Maroc, a été annulée par les autorités marocaines. Confrontées à l'islamisme (qui est certes maîtrisé grâce à une vigilance de tous les instants), les autorités font très attention à ne pas prêter le flanc.

Le Maroc n'a, toujours, pas d'équipe gouvernementale, un mois après la victoire des islamistes aux élections législatives. A qui la faute ? Le pays continue de tourner au ralenti, en attendant que le premier ministre, Abdelilah Benkirane, boucle ses négociations avec les partis qui devront faire partie de cette coalition. Las d'attendre, le roi élève le ton.

L'action de son premier ministre et de son ministre des Affaires étrangères, n'ont pas suffi. La lettre du roi lue au Sommet de l'Union africaine (UA), en juillet dernier, à Kigali, a montré la volonté du Maroc de revenir dans l'Union africaine (UA), mais, sans plus. Cette fois, le roi a pris le dossier, lui-même, en main. Il y donne de sa personne, en terminant un mini-périple continental par le Sénégal, fer de lance des pays africains qui demandent, activement, le retour du royaume chérifien dans l'organisation continentale.

Le Maroc est à l'honneur en France. « Chanson douce » édité par Gallimard a permis à la Marocaine, Leïla Slimani, d'obtenir le prestigieux Prix Goncourt, la plus importante des distinctions littéraires en France. La nouvelle lauréate n'a pas, encore, atteint la quarantaine mais, déjà, elle s'illustre comme étant le porte étendard de la nouvelle vague de la littérature francophone.

La mort tragique d'un vendeur de poisson, broyé par une benne à ordures, a suscité une vague d'indignation et de manifestations au Maroc, où les autorités ont affiché leur volonté de "punir" les responsables de ce drame.

"Le moment est venu" pour le Maroc de réintégrer l'Union africaine (UA), quittée il y a plus de trente ans, a estimé, mercredi, 19 octobre, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, au premier jour de la visite à Kigali du roi Mohammed VI.

Le débat sur le retour du Maroc dans l'Union africaine (UA) continue de faire rage, surtout, que le lobby des 28 pays africains qui appuient cette mesure royale, demande que la République arabe saharouie démocratique (RASD) soit suspendue de l'organisation panafricaine. Et si le message de Mohammed VI, aux participants au Sommet de Kigali, n'était que la partie émergée de l'iceberg ?

Le Maroc est un pays qui pèse lourd sur l’échiquier africain. Depuis 1999, le roi Mohammed VI a ‘’transformé’’ le Maroc, qui est devenu, depuis 2002, la cinquième puissance économique en Afrique.

Après 32 ans d'absence délibérée, le Maroc demande la réintégration dans l'Union africaine où trône, depuis son départ, la République arabe saharouie démocratique (RASD). Mais, au lieu de venir reprendre, tranquillement, sa place, il exige que son retour entraîne de facto la suspension de la RASD de l'organisation. Niet, répondent les soutiens de la RASD dont l'Algérie, l'Afrique du Sud, le Nigeria et l'Angola entre autres. A l'appui de sa demande, le Maroc a quelques arguments à faire valoir.

Le Sénégal a réaffirmé, mercredi, 20 juillet, son soutien à un retour du Maroc au sein l'Union africaine (UA), "une chose complètement naturelle" selon le président sénégalais Macky Sall. Toutefois, le soutien appuyé de Macky semble être dicté par d'autres considérations judiciaires : le cas Hissène Habré notamment.

La mise en œuvre des réformes dans l'administration camerounaise est un succès. Si on est rarement prophète dans son pays, les Camerounais devraient savoir que leur pays est un modèle en Afrique. Et que l'architecte de ces réformes saluées sur le plan continental, c'est le ministre de la Fonction publique, Michel Ange Angouing.

La République arabe saharouie démocratique (RASD) est bien membre de l'Union africaine, la raison de la sortie du Maroc, en 1984, de l'OUA. Avec de puissants appuis comme l'Algérie et l'Afrique du Sud, la RASD ne fait que consolider ses positions au sein de l'organisation continentale. Le Maroc avait, dans ces conditions, grand intérêt à ne plus accentuer son isolement diplomatique.

Mieux vaut tard que jamais. Les Africains ont réalisé comment le couple Obama était désespérant à l'endroit de l'Afrique, le continent de leurs ancêtres. A quelques mois de son départ de la Maison Blanche, Michelle Obama se trouve une vocation pour l'Afrique : la promotion de l'éducation de la jeune fille. Afin d'occuper son temps libre quand elle ne sera plus première dame. N'est-ce-pas ?

Le Comité de la décolonisation des Nations-Unies, a examiné, mardi, 14 juin, la question du Sahara occidental réputé être la « dernière colonie d'Afrique », et entendu le Maroc s'opposer à l'audition du Front Polisario. Chaude ambiance.

Vive le Bundestag ou à malin malin et demi ? Le Bundestag a accepté de classer la Tunisie, le Maroc et l'Algérie comme pays, totalement, sûrs. Et pourquoi ? Ce n'est pas ce que vous croyez.

Le Roi Mohammed VI effectuera à partir du dimanche, 13 mars, une visite officielle à la Fédération de Russie. Une occasion pour consolider les relations, dans tous les domaines, entre les deux pays.

A Tindouf, le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, a rencontré des réfugiés sahraouis et réclamé une solution au conflit sur le Sahara occidental, qui n'a que trop duré.

Réputé pour son islam tolérant, contrairement, à l'islam d'autres pays du Golfe, comme l'Arabie Saoudite, le Qatar ou l'Iran, par exemple, qui financent un islam radical, ce qui donne lieu à des mouvances comme Etat islamique, Al-Qaïda, le Hezbollah, voire, Boko Haram et d'autres, le Maroc est devenu le pays de référence pour la formation des islams modérés.

C’est un haut fonctionnaire dans le secteur du tourisme, qui prend les rênes de la Royal Air Maroc (RAM). Hamid Abdou, qui occupait le poste de directeur général de la Société d’aménagement de la station d’Essaouira et de Mogador (Saemog), a été nommé, ce samedi, 6 février, par le roi Mohammed VI, lors d’un Conseil des ministres tenu, à Laâyoune, nouveau patron de la campagne aérienne nationale.

Face au terrorisme et au fondamentalisme, qui gangrènent la société, le roi du Maroc demande d'agir, à travers l'éducation et la formation.