OMS

L'épidémie d'Ebola en cours en République démocratique du Congo (RDC) reste une "urgence" sanitaire mondiale, a déclaré, vendredi, 18 octobre, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à l'issue d'une réunion de son comité d'urgence.

Le nombre de cas de rougeole, une maladie potentiellement mortelle ou invalidante pour les enfants, mais, évitable grâce à la vaccination, est en hausse dans toutes les régions du monde à l’exception des Amériques, a déploré, jeudi, 29 août, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En Afrique, la RDCongo et Madagascar sont les plus touchés.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé, dimanche, 7 avril, les pays africains à accélérer la mise en place d'une couverture maladie universelle sur le continent, un effort crucial pour réduire le fardeau de plus en plus lourd représenté par les maladies infectieuses et non transmissibles en Afrique.

Les autorités rdcongolaises ont confirmé trois nouveaux cas de virus Ebola, dans le Nord-Ouest du pays portant à 43 le nombre d'individus présentant des symptômes. Quant à la campagne de vaccination, le gouvernement annonce son démarrage, lundi, 21 mai.

Le virus Ebola qui sévit en République démocratique du Congo (RDC) a atteint, pour la première fois, une zone urbaine où un cas a été confirmé par les autorités et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui parle d'une "situation très préoccupante". Dans les pays limitrophes, République centrafricaine, Gabon, Congo-Brazzaville, on prend des mesures préventives pour ne pas être affecté.

L'Afrique attendait une Egyptienne, au pire, un Qatari. Pourtant, ce ne sera ni l'une ni l'autre. La Française, Audrey Azoulay, sera la prochaine directrice générale de l'Unesco, après la tenue de la grand-messe de ce mois de novembre, qui regroupera les 195 pays de l'organisation. Bien huilée, la diplomatie française a eu raison de la lourdeur bureaucratique africaine et du tiroir-caisse qatari. Dans le numéro 458 du mois de novembre d'Afrique Education, qui sera dès vendredi, 3 novembre, chez les marchands de journaux, le lecteur pourra relever les grands défis auxquels Audrey Azoulay aura à faire face pendant sa présence à la direction générale de l'Unesco.

Robert Mugabe contre tous ! Tous contre Camarade Bob ! Voilà comment on peut résumer le ciel qui est tombé sur la tête du président du Zimbabwe qui venait d'être désigné, ambassadeur de bonne volonté de l'OMS par le nouveau directeur de cette organisation, l'Ethiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus. On peut se demander ce que Robert Mugabe a vraiment à gagner à être ambassadeur de l'OMS, un rôle, du reste, non rémunéré qui, au contraire, aurait pu lui coûter en temps. Cela dit, la façon dont il a été, hautement, contesté, spécialement, par les Occidentaux, devrait, fortement, interpeller les Africains qui pensent qu'il est Lucifer en personne. Car disons le tout net : les Occidentaux ne s'en prennent aussi, férocement, qu'à ceux qui combattent, réellement, leurs intérêts. Les cas du Guide libyen et de Laurent Gbagbo entre autres sont là pour le démontrer. Après son acte héroïque, car c'en était un, Tedros a, malheureusement, battu en retraite en retirant sa nomination à Camarade Bob, qui reste égal à lui-même, puisque, dès le départ, il n'était demandeur de rien. Rappelons qu'il est le chef d'Etat africain champion toute catégorie à l'applaudimètre, à la tribune de l'Union africaine. Cela au moins, les Occidentaux ne viendront, jamais, le lui enlever. Et on peut lui faire confiance de s'occuper d'eux dans son discours de fin janvier 2018 à Addis Abeba.

L'Afrique à travers l'Ethiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a pris la direction générale de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), ce samedi, 1er juillet, à Genève, en Suisse. Qu'il y soit le bienvenu et que nos vœux de réussite pour sa haute mission l'accompagnent. Cependant, une recommandation (parmi beaucoup d'autres) qui intéresse son continent : qu'il fasse à ce que les virus et autres microbes conçus ailleurs, ne trouvent plus en Afrique, une terre d'expérimentation de leur (horrible) expansion.

L'Afrique vient de gagner une grande bataille, en plaçant un de ses fils à la direction générale de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) que briguaient bon nombre de candidats du Nord et de pays émergents. Pour une fois, l'union a la fait la force.

La Chinoise Margaret Chan quittera le poste de directeur général de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), l'année prochaine. Sa succession est briguée par plusieurs prétendants de taille dont l'actuel ministre éthiopien des Affaires étrangères.

La fièvre Ebola n'est plus qu'un triste souvenir en Sierra Leone, vient d'annoncer, officiellement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS).