Politique commune

De l'odyssée de l'Aquarius au blocage d'autres navires en Méditerranée, l'Union européenne (UE) se déchire depuis deux semaines autour de la question des migrants. Avant le sommet des Vingt-Huit, prévu jeudi 28 et vendredi 29 juin à Bruxelles, le commissaire européen aux Migrations a estimé que "le projet européen" était "en danger". Dimanche 24 juin, la tenue d'un mini-sommet d'urgence entre les dirigeants de 16 pays de l'UE n'a pas permis d'apaiser les tensions et aucune stratégie commune n'est ressortie de la réunion. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi aucun consensus ne se dégage-t-il ? On vous aide à comprendre pourquoi l'Europe se divise sur l'immigration. Cela dit, il faut noter que l'immigration (africaine) est provoquée par l'extrême pauvreté des arrivants. Cette extrême pauvreté est la conséquence des mauvaises politiques de coopération entre l'Europe et l'Afrique, lesquelles politiques ne profitent pas aux peuples, c'est-à-dire, aux arrivants africains en Europe. La mal-gouvernance en Afrique ne bénéficie pas non plus aux 28 pays européens, mais à quelques-uns seulement, qui ont eu un passé colonial en Afrique. La France, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne, le Portugal et l'Italie, sont les anciens colonisateurs des pays africains. Leur coopération en Afrique est très décriée car elle n'atteint pas les peuples. Elle est détournée au profit de certaines élites de ces pays donneurs d'aide et partagée avec leurs alliés des pouvoirs africains. A titre d'exemple, cette mauvaise politique entre la France et les pays francophones d'Afrique, est appelée « Françafrique ». La démanteler serait synonyme de très grand affaiblissement de la France dans le domaine économique, au moment où la France perd des parts de marché dans le monde. Voilà le problème central à résoudre et qui, tôt ou tard, entraînera l'implosion de l'UE, dans sa forme actuelle.