UA

Alors que l'opposition unie déclare depuis des semaines que l'élection du 31 octobre 2020 ne se tiendra pas en Côte d'Ivoire à cause des raisons qu'on sait, l'Union africaine (UA), la CEDEAO, l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), la National Democratic Institute (NDI), ont, d'ores et déjà, entrepris de dépêcher des observateurs en Côte d'Ivoire pour observer une élection qui n'aura pas lieu. Une précipitation très suspecte. D'où la cinglante mise en garde du porte-parole de la désobéissance civile, Pascal Affi N'Guessan, qui a dénoncé cette complaisance plus que coupable des organismes qui courent en Côte d'Ivoire toucher des perdiems et donner quitus au « menteur d'Abidjan », organisateur d'une élection dont le résultat est connu d'avance et à laquelle il n'a pas, légalement, le droit de se porter candidat.

Le professeur, Robert Dussey, ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Togolais de l’extérieur, a effectué une visite de travail en France, du 23 au 24 juillet 2019, à l’invitation de son homologue, Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française. Si cette rencontre relève de tout ce qu'il y a de classique, les deux ministres ont mis les pieds dans le plat en mettant l'accent sur ce qui ne va pas, notamment, sur le plan multilatéral.

Sassou Nguesso a désigné Clément Mouamba premier ministre chef du gouvernement. Mouamba n'aura pas à choisir à proprement parler les ministres avec qui il souhaiterait travailler. Il a trouvé la liste du gouvernement déjà toute faite, prête à être consommée.

Après avoir laissé Pierre Nkurunziza, piétiner la constitution et les Accords d'Arusha, la communauté internationale semble, enfin, se mobiliser, très effrayée par le génocide qui se prépare, au Burundi.