UPADS

Seul et unique chef d'Etat du Congo-Brazzaville moderne à avoir été, démocratiquement, élu en 1992, Pascal Lissouba a rendu l'âme, à Perpignan, dans le Sud-Ouest de la France, où il résidait depuis de très longues années, à l'abri de ses indignes héritiers, qui n'ont jamais su relever le défi que leur avaient lancé le général, Denis Sassou-Nguesso, et ses cobras.

Les nuits du dictateur sont de plus en plus courtes. Comment va-t-il se sortir de cette mauvaise passe ? Vainqueur auto-proclamé (par KO au premier tour) de la présidentielle du 20 mars, il ne sait quoi faire de sa « victoire » qui lui brûle les doigts.

Après les morts de mardi et mercredi, le pouvoir de Brazzaville ou ce qui en reste, procède, maintenant, à des arrestations, qui, malheureusement, ne changent en rien, la donne.