Venant des industriels chinois.

Contrairement à ce que pensent certains Anti-Français (à tort), la question des « Biens Mal Acquis » n'est pas une trouvaille, strictement, franco-française. Quand on détourne de l'argent public dans un pays et on vient le dépenser, dans un autre pays, européen ou américain, ce dernier est, juridiquement, fondé à vous poursuivre, voire, à confisquer ces biens. Car ils ne sont pas à vous. C'est les lois de ces pays européens et américains, qu'on peut, valablement, contester, discuter, car la logique voudrait que c'est la loi où le prétendu détournement a été effectué, qui soit applicable. Mais, encore faudrait-il que la justice soit à peu près équitable et indépendante dans ce pays, ce qui n'est, parfois, pas le cas. Un ancien ministre guinéen se retrouve en prison, pour sept ans, pour avoir détourné 8,5 millions de dollars, venant des industriels chinois. Argent qui aurait dû être logé au trésor public, si la Guinée du président en exercice de l'Union africaine, Alpha Condé, ne marchait pas sur la tête.