Wang Yi

La Chine et le Burkina Faso ont annoncé, samedi, 26 mai, le rétablissement de leurs relations diplomatiques dans un communiqué conjoint signé par Wang Yi, conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, et Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso. Un coup de poignard dans le dos de Taïwan. Cela dit, les pays n'ont pas d'amis, ils n'ont que les intérêts. Les projets de développement de la sous-région du Sahel financés par la Chine populaire, ne pouvaient intégrer le Burkina Faso à cause de sa proximité diplomatique avec la petite Chine, surnommée, la « petite sœur insolente ». Le Burkina Faso a pesé le pour et le contre, avant de choisir la Grande Chine même si du côté de Taïwan, on était prêt à faire beaucoup plus dans la coopération, après la visite, à Taipeh, du président, Roch Marc Christian Kaboré, avant la fin de cette année.

Ils sont toujours comme ça les Chinois. Ils disent vouloir faire des affaires sans juger les régimes politiques africains avec lesquels ils traitent. Après, ils parlent de partenariat « gagnant gagnant » pour cacher leur hypocrisie, alors que chez eux, le président de la République qui est en même temps le patron du parti communiste, ne peut faire que deux mandats de 5 ans, ce qui fait en tout et pour tout, 10 ans au pouvoir. Au Congo-Brazzaville où Sassou-Nguesso s'est octroyé une présidence à vie (déjà 33 ans au pouvoir), les Chinois font un partenariat "perdant perdant" : Des milliers de morts à l'actif du dictateur sous les yeux des Chinois. Alors question : Les Chinois sont-ils les amis des Congolais ?